Musings on Africa, Politics, Technology, Love, Life and Trifles...

|| Em@il me lymani_at_hotmail dot com ||

samedi, août 09, 2008

Ouverture des JO à Pékin, et pendant ce temps...


C'était la 8eme minute de la 8eme heure du 8eme jour, du 8eme mois, de la 8eme année du siècle.

Mille mercis à Amina pour le lien de cet article de Hakim Lalâam qui fait très très fort

Bilan de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Pékin : 4 malaises cardiaques, 3 évanouissements et 2 dépressions nerveuses dans les rangs du…

…Comité britannique d’organisation des Jeux de 2012 !

Tu regardes la cérémonie des Jeux olympiques. Déjà, tu te pinces pour te demander si tu fais encore partie de la même galaxie, du même espace temps, de la même dimension. T’as de sérieux doutes. Surtout lorsque des enfants qui peignaient une superbe fresque au sol s’envolent soudain et que tout autour d’eux, le ciel de Pékin s’embrase de mille feux d’artifice. T’es dans cet état d’esprit-là, vacillant presque sur ton appartenance à cet univers littéralement post-moderne lorsque le téléphone sonne et qu’une voix haletante t’appelle de M’sila [une ville à l'intérieur du pays] . Sur un rythme d’enfer, tel un staccato d’arme automatique, ton interlocuteur t’apprend coup sur coup qu’un mec est passé sur le corps d’un autre mec avec sa voiture, qu’ensuite, la population d’une localité dénommée Sidi Aïssa s’est dirigée en nombre pour brûler l’hôtel du père du gars qui a écrasé l’autre gars, vous suivez ? Ripostant à la tentative d’incendie, le proprio et ses vigiles tirent sur la foule, tuant 3 personnes et en blessant 56 autres. Au bout d’un moment et de beaucoup de sang versé, les assaillants, devinant que les chargeurs étaient vides, investissent l’hôtel, le brûlent et lapident le papa du gars qui avait écrasé un autre gars avec sa voiture, vous suivez toujours ? Avant de se retirer des lieux de ce carnage, une partie des assaillants traîne sur plus de 200 mètres le corps du propriétaire de l’hôtel. Sous le choc, tu raccroches le téléphone. Pour le reprendre aussitôt. Un autre appel. Une voix horrifiée t’apprend cette fois-ci que les supporters d’El-Harrach et du Mouloudia d’Alger se sont affrontés à coups de sabres, de couteaux et de haches, à Rouiba, en proche banlieue d’Alger. Là, tu raccroches. Dégoûté, tu éteins carrément ton mobile. Et tu reprends en direct la retransmission de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques. Pour entendre le reporter dire ceci : «Présent à Pékin, le président Bouteflika a annoncé la construction prochaine par les Chinois d’un grand opéra à Alger.» Forcément, quelque part, entre l’hôtel brûlé de M’sila, les portes du stade de Rouiba et le futur gigantesque opéra d’Alger, y a un truc qui déconne dans cette histoire. Forcément. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.

H. L

et pendant ce temps...


image : lever du drapeau Camerounais sur le village olympique. Source: Beijing2008