Musings on Africa, Politics, Technology, Love, Life and Trifles...

|| Em@il me lymani_at_hotmail dot com ||

jeudi, mars 15, 2007

Words of Wisdom

"Again and again I therefore admonish my students in Europe and America: Don't aim at success -- the more you aim at it and make it a target, the more you are going to miss it. For success, like happiness, cannot be pursued; it must ensue, and it only does so as the unintended side effect of one's personal dedication to a cause greater than oneself or as the by-product of one's surrender to a person other than oneself. Happiness must happen, and the same holds for success: you have to let it happen by not caring about it. I want you to listen to what your conscience commands you to do and go on to carry it out to the best of your knowledge. Then you will live to see that in the long-run -- in the long-run, I say! -- success will follow you precisely because you had forgotten to think about it." Viktor Frankl

dimanche, mars 11, 2007

A part ca, quoi de neuf? 11-03-2007

J'ai pris un peu de retard dans mes lectures recemment, mais ce week-end j'ai pris le temps de me rattraper et voici quelques liens interessants en vrac:

  • 10 best ways to burn capital du Venture Capitalist Scott Maxwell. Comment atteindre le contraire de l'effet recherche dans une nouvelle aventure entrepreneuriale ? Rafraichissant point de vue qui se lit comme un check-list.
  • Post interessant d'Ethan Zuckerman sur les travaux de l'economiste Emily Oster concernant le SIDA : "everything you know about AIDS is wrong". "Thought of in economic terms, AIDS requires us to think of costs, specifically the cost of sex. In countries with high degrees of AIDS infection, the cost of a new sexual partner can be very high." Les idees d'Emily Oster sont resumees dans un article dans le magazine Esquire. Extraits :"There is more than one reason why HIV spreads more easily in Africa than America, but the most important one seems to be related to the prevalence of other sexually transmitted infections [...] if income and life expectancy in Africa were the same as they are in the United States, we would see the same change in sexual behavior--and the AIDS epidemic would begin to slow."
  • Le Vice-President Atiku Abubakar pourra se presenter aux elections presidentielles d'Avril au Nigeria apres le jugement de la Haute Cour Federale d'Abuja d'infirmer la decision de la commission electorale.
  • Le medicament anti-paludeen a bas cout est enfin disponible (via Grandiose Parlor).

samedi, mars 10, 2007

Biblio (2): L'Hibiscus Pourpre de Chimamanda Ngozi Adichie

Il est des livres que vous prenez sans raison particuliere sur les etageres de votre libraire et que vous lisez un jour de desoeuvrement ou d'ennui. C'est le cas du roman l'Hibiscus Pourpre de la Nigerianne Chimamanda Ngozi Adichie qui m'a tenue en haleine quelques heures cette semaine.

Au centre de cette histoire de nos temps, Kambili et Jaja 2 adolescents Nigerians de bonne famille eleves dans le strict respect de l'Eglise Catholique vivant sous les dictats de leur pere Eugene, un notable Ibo influent, catholique fondamentaliste, luttant pour la democratie dans son pays. Eugene est respecte de la societe et l'Ummuna, pour les biens qu'il possede mais aussi pour ceux qu'il prodigue. A la maison, il agit en pere tyrannique aveugle par un fanatisme d'un autre age. Les chatiments decrits dans ce livre sont parfois a la limite du soutenable. Ce tableau craquele quand la crise politique au Nigeria s'accelere poussant Eugene a envoyer ses enfants chez leur tante Ifeoma a Nsukka. La ils y decouvrent une vie moins douce sur la plan materiel (coupures de courant, denuement, penuries d'essence...), mais tellement plus agreable sur le plan humain; ils y decouvrent la gaiete d'un foyer ou les enfants rient, chantent, remettent en cause les adultes et les principes etablis. La tension des personnages est palpable au fil des pages, on tremble avec eux et la fin inattendue marque le debut d'une autre vie que l'auteure nous laisse le soin de formuler selon nos envies.

De belles questions sont soulevees dans ce livre, entre respect de la tradition et conformite aux enseignements chretiens, la lutte contre le peche justifie t'elle une damnation ici bas a coups de punitions et de chatiment corporels? Un homme peut-il etre bon pour la societe et mauvais pour les siens? Comment se liberer d'une oppression quand celle-ci s'opere derriere les grands murs d'une villa cossue sous les traits insoupconnables d'un pere que vous cherissez? Quel est le dernier coup qui vous fera relever la tete et combattre?

Les mots me manquent pour decrire cette belle histoire, complexe et profondement bouleversante.
Agee d'a peine 30 ans, l'auteure revele une belle plume, un talent et une imagination debordante.(L'histoire ne serait pas autobiographique!) Au fil de l'histoire, telle une hibiscus pourpre et rare voila que ces deux adolescents eclosent a la vie. "Les dieux sont brises" affirme Chimamanda Adichie mais ils s'averent on ne peut plus vivants car ils vivent en nous.

A lire, l'avis de Lo sur ce livre.

jeudi, mars 01, 2007

Scandale du "Knucklegate" au Liberia

Le scandale du "Knucklegate" fait rage au Liberia suite à la diffusion de photos compromettantes impliquant le ministre chargé des affaires présidentielles Willis D. Knuckles. La Présidente du Liberia, Ellen Johnson-Sirleaf, a accepté la démission de ce dernier qui a dû aussi présenter des excuses publiques. 3 choses me viennent à l'esprit:
  • Le courage politique d'Ellen Johnson-Sirleaf qui a accepté la démission d'un de ses proches pour restaurer (ou ne pas ternir) l'image de probité morale de son gouvernement; elle prouve ce faisant sa constance et son engagement fort dans le combat contre les abus sexuels dans un pays en pleine reconstruction politique, economique et morale.
  • Faut-il voir un courage dans la presse qui a révélé le scandale? Oui et non. Oui en ce qu'elle prouve sa liberté à publier des faits compromettants, mais aucun courage en ce qu'elle porte atteinte à la vie privée d'un homme, fût-il public. De la même manière que j'avais trouvé l'affaire des "listes d'homosexuels" au Cameroun particulièrement choquante en ce qu'elle jetait en pâture la vie d'individus qui au demeurant ont une famille et des enfants que le scandale a tout autant éclaboussé. La difference avec l'affaire liberienne est que le journal The Independent a publié la photo de Knuckles et a vu sa license révoquée pour un an, (et je pense qu'il s'agit là de représailles éxagerées), mais au Cameroun il n y a que la liste, la calomnie et le travail devastateur de la rumeur et de la mise a l'index !!! Ce qui nous intéresse ce ne sont pas tant les secrets d'alcôve et les détails graveleux, mais plutôt des agissements qui mettent en péril la construction de la démocratie et le développement de nos pays.
  • Je n'ai pas mémoire (mais elle me fait sûrement défaut) d'avoir vu un homme politique remettre son mandat en Afrique sur la base de telles accusations. J'y vois un signe positif en ce qu'on s'achemine vers une plus grande comptabilité des actes de ceux qui nous gouvernent. Encore un bel exemple que nous montre le Liberia et je pense que nous nous devons de le suivre.