Musings on Africa, Politics, Technology, Love, Life and Trifles...

|| Em@il me lymani_at_hotmail dot com ||

dimanche, juin 29, 2008

On s'en fout, on n'y va pas

La prophétie d'Emmanuel Mbella Lifafe Endeley

Emmanuel Mbella Lifafe (EML) Endeley Prophecy's on Southern Cameroon future via Dibussi Tande's blog. Bien que je sois loin d'être d'accord avec tout ce que relate Dibussi, je pense que c'est la vie d'EML Endeley, (Bakweri de Victoria, Emmanuel Mbella Lifafe Endeley est désigné en 1957 comme le 1er premier ministre du Southern Cameroon) mérite d'être connue par plus de franchophones et que des idées ont une portée historique non négligeable sur le devenir de notre pays et pas seulement dans la partie anglophone. Prophétique ou pas, il appelait ses compatriotes à se prononcer contre la réunification avec le Cameroun francophone en ces termes :
If you vote for Cameroun Republic, you will invite a new system under which everyone lives in fear of the police and army. You will not be free to move about; you cannot lecture freely or discuss your political views in public; ...and you can be arrested and flogged by the police and even imprisoned without a fair trial .
" Who amongst you ", he asked, "would like to live in French Cameroun, a country red with the blood of thousands of innocent victims killed by terrorists and the Ahidjo regime...who amongst you will like to live in a country which lacks complete respect for human dignity and where you cannot speak out your mind freely or pursue your business in peace... Who amongst you will like your children to grow up in servitude?... That will be our lot if we join French Cameroun.

Zimbabwe : the status quo cannot continue

Si Morgan Tsvangirai ne sera pas le prochain président du Zimbabwe, il est favori pour obtenir le Nobel de la Paix; c'est en tous les cas la prédiction d'un des éditorialistes du Wall Street Journal dans un article intitulé "The Bush doctrine is relevant again" via Africa Unchained

Zimbabwe is now another spot on the map of the civilized world's troubled conscience. Burma is also there, along with Tibet and Darfur. (Question: When will "Free Zimbabwe" bumper stickers become ubiquitous?) These are uniquely nasty places, and not just because uniquely nasty things are happening. They're nasty because the dissonance between the wider world's professed concern and what it actually does is almost intolerable.

Les sanctions, les mots durs n'ont pas manqué pour s'élever contre la tragédie au Darfour nous rappelle Bref Stephens, mais ceux-ci ont été peu suivis par des actions concrètes sur le terrain. Le Premier ministre Britannique rappelle avec lyrisme que "the world is of one view: that the status quo cannot continue". Plaît-il?
A solution for Zimbabwe's crisis isn't hard to come by: Someone – ideally the British – must remove Mr. Mugabe by force, install Mr. Tsvangirai as president, arm his supporters, prevent any rampages, and leave. "Saving Darfur" is a somewhat different story, but it also involves applying Western military force to whatever degree is necessary to get Khartoum to come to terms with an independent or autonomous Darfur. Burma? Same deal.

Il est fort juste de rappeler que ce type d'approche de pacification du monde est en étroite relation avec celle énoncée il n'y a pas si longtemps par George Bush avec le succès que l'on saiten Irak et en Afghanistan. Ne doit-on rien faire pour autant? Oui et non, réponse de normande que je ne suis pas et qui ne nous avance guère en l'espèce. "La Responsabilité de protéger" telle qu'énoncée par Bush et ses conseillers n'est pas à jeter aux orties tant les "tâches" sur la conscience du monde - comme les nomme Barak Obama - ne manquent pas. Les morts non plus... Ce qui me dérange le plus c'est ce paternalisme tacite et cette volonté de salut qui vient de l'extérieur. Que font nos leaders pendant ce temps? Pas grand-chose, Thabo Mbeki est incroyablement silencieux sur la question de son voisin, privilégiant une voie qui défie l'entendement.

Et après? Robert Mugabe prête serment aujourd'hui et offre une branche d'olivier dans un cynisme sans nom. Et après? ben rien, la rumeur de nos palabres infinies recouvre le silence coupable de notre conscience et les morts s'accumulent....

lundi, juin 23, 2008

Quick hits : l'effet Carla, Yahoo, Social Networks

  • Zimbabwe's tragedy & farce (The Economist). "So far, Mr Mugabe does not seem to care. He has made it clear he would never allow the opposition to take over, and refuses to meet Mr Tsvangirai. As Mr Mugabe and his supporting generals act more flagrantly, his neighbours face a greater test. Faced with hair-raising brutality, a blatant disregard for democracy and a country in economic ruins, the region, long paralysed by divisions and misplaced loyalty, will come under more pressure to act."
  • The Carla effect via The New York Times. "The French are different from you and me. Yes, they have Sarkozy. And they have Carla. And they have “the Carla effect,” as it’s known in Paris. "
  • The sinking house of Yang via dot.life. A recap of Yahoo's agony amidst a serie of resignations of senior execs. Future looks gloomy for Yahoo!.

vendredi, juin 20, 2008

Cameroun : Autopsie d'une indépendance

Autopsie d'une indépendanceSi vous êtes en France ou avez accès aux chaînes de télé françaises, n'oubliez pas de noter la date de lundi prochain où l'émission réalisées par deux émules de la Sorbonne portera sur l'histoire toujours aussi méconnue de la lutte pour l'indépendance au Cameroun. France 5 présente le 23 juin un documentaire choc intitulé “Cameroun, autopsie d’une indépendance”.

Sur le site de la chaîne on peut lire le synopsis suivant:

"Le 1er janvier 1960, le Cameroun accédait à l'indépendance et s'émancipait, officiellement sans heurt, de la tutelle française. Dans les faits, c'est une tout autre histoire qu'exhument Gaëlle Le Roy et Valérie Osouf. Historiens, politiques et victimes d'une sanglante répression orchestrée depuis Paris témoignent. C'est une guerre dont on ne parle jamais. Du milieu des années 50 à la fin des années 70, la décolonisation du Cameroun s'est faite dans la violence… en silence. Contrairement à l’Indochine ou à l'Algérie, rares sont ceux qui ont eu vent de la tragédie qui s'y est jouée, "comme s’il y avait une chape de plomb sur l’Afrique noire."

A vos écrans, c'est un morceau d'histoire qui nous sera conté, Valérie Osouf avec qui j'ai eu à discuter à plusieurs reprises lors de la préparation de ce documentaire ont porté une attention réelle aux faits et à leur retranscription en interrogeant nombre de témoins de cette histoire pas si lointaine et d'experts. Un grand merci aux deux journalistes pour ce travail de fourmi et ce documentaire inédit. N'oubliez pas de revenir pour le débrief...

Source image : France 5


jeudi, juin 19, 2008

Essence trop chère?


merci Amina pour cette pépite :)

Source : Liberté-Algérie

Quick hits : rare metals, water, Africa is the new frontier

  • Rare metals - mainly from Africa - soar on demand for efficient jets (Financial Times).
    The airline industry’s fight for survival in the face of soaring oil prices has triggered a massive jump in the price of a number of obscure and scarce metals that are used to improve the fuel economy of jet engines. [...] Chromium, produced mainly in South Africa, has also benefited from the desire for fuel-efficient engines. Its price has jumped this month to a record of $11,000 per tonne, up from about $6,800 last year and less than $4,000 in 2000. The price of cobalt, which comes predominantly from the Democratic Republic of Congo, rose earlier this year to $52.50 per pound, double its 2006 level and the highest price since at least 1978.

  • Go to Africa, Young Investor by Paul Kedrosky - Infectious greed
  • The number of armed conflicts in Africa has dropped from 20 in 1999 to 5 today. Granted, that's non-zero, and the human losses in the remaining fighting is horrific and unacceptable, but there is significant and largely unheralded change.
  • Real GDP growth in sub-Saharan Africa (SSA) averaged 4.1% from 1997-2002, and has since risen to 6.6%
  • Real incomes are rising, with GDP per capita hitting 4.6% in SSA in 2007.
  • Africa has lower inflation, higher FX reserves, and more FDI than did Asian emerging markets in 1980 -- and that worked out okay.
  • We're seeing bond duration extension, with government bond yield curves now stretching out to 10- and 15-years in some countries, which is a boon to project financing.

    The obvious question, of course: How do you track and invest in African markets? The fast answer is, it isn't yet as easy as it should be. Yes, there are some frontier markets ETFs, including the just-launched Claymore/BNY Mellon Frontier Markets ETF, or the SSGA Emerging Middle East and Africa ETF, but they all skew heavily toward Eastern Europe and the Middle East, allocating precious little to continental Africa (outside South Africa, which hardly qualifies as a frontier market). Nevertheless, there is a race into frontier markets in general this year, and into Africa in particular.

  • Water is the new oil by Business Week.
In the coming decades, as growing numbers of people live in urban areas and climate change makes some regions much more prone to drought, water—or what many are calling "blue gold"—will become an increasingly scarce resource.

How technology is changing the music industry ? Wyclef Jean

Interesting point of view of Wyclef Jean on how tech is changing the music industry. Via Washington Post.



Lost in E-Mail ?

How lost in emails are you? Do you have hard time getting any work done because of the emails you constantly receive and the disruption in attention they create? New York Times featured an article about the phenomenon.

The onslaught of cellphone calls and e-mail and instant messages is fracturing attention spans and hurting productivity. It is a common complaint. But now the very companies that helped create the flood are trying to mop it up. [...] Intel and other companies are already experimenting with solutions. Small units at some companies are encouraging workers to check e-mail messages less frequently, to send group messages more judiciously and to avoid letting the drumbeat of digital missives constantly shake up and reorder to-do lists.


To address the issue, I de-activated the email pop-up notification in Outlook
and I try to check email only every hour. But again, the blackberry is there to drag you down in your bad habits...

mercredi, juin 18, 2008

La mort du Loup - Alfred de Vigny

I

Les nuages couraient sur la lune enflammée
Comme sur l'incendie on voit fuir la fumée,
Et les bois étaient noirs jusques à l'horizon.
Nous marchions, sans parler, dans l'humide gazon,
Dans la bruyère épaisse et dans les hautes brandes,
Lorsque, sous des sapins pareils à ceux des Landes,
Nous avons aperçu les grands ongles marqués
Par les loups voyageurs que nous avions traqués.
Nous avons écouté, retenant notre haleine
Et le pas suspendu. - Ni le bois ni la plaine
Ne poussaient un soupir dans les airs; seulement
La girouette en deuil criait au firmament;
Car le vent, élevé bien au-dessus des terres,
N'effleurait de ses pieds que les tours solitaires,
Et les chênes d'en bas, contre les rocs penchés,
Sur leurs coudes semblaient endormis et couchés
Rien ne bruissait donc, lorsque, baissant la tête,
Le plus vieux des chasseurs qui s'étaient mis en quête
A regardé le sable en s'y couchant; bientôt,
Lui que jamais ici l'on ne vit en défaut,
A déclaré tout bas que ces marques récentes
Annonçaient la démarche et les griffes puissantes
De deux grands loups-cerviers et de deux louveteaux.
Nous avons tous alors prépare nos couteaux,
Et, cachant nos fusils et leurs lueurs trop blanches,
Nous allions pas à pas en écartant les branches.
Trois s'arrêtent, et moi, cherchant ce qu'ils voyaient,
J'aperçois tout à coup deux yeux qui flamboyaient,
Et je vois au-delà quatre formes légères
Qui dansaient sous la lune au milieu des bruyères,
Comme font chaque jour, à grand bruit sous nos yeux,
Quand le maître revient, les lévriers joyeux.
Leur forme était semblable, et semblable la danse;
Mais les enfants du Loup se jouaient en silence,
Sachant bien qu'à deux pas, ne dormant qu'à demi,
Se couche dans ses murs l'homme, leur ennemi.
Le père était debout, et plus loin, contre un arbre,
Sa louve reposait comme celle de marbre
Qu'adoraient les Romains, et dont les flancs velus
Couvaient les demi-dieux Remus et Romulus.
Le Loup vient et s'assied, les deux jambes dressées,
Par leurs ongles crochus dans le sable enfoncées.
Il s'est jugé perdu, puisqu'il était surpris,
Sa retraite compté et tous ses chemins pris;
Alors il a saisi, dans sa gueule brûlante,
Du chien le plus hardi la gorge pantelante,
Il n'a pas deserré ses mâchoires de fer,
Malgré nos coups de feu qui traversaient sa chair,
Et nos couteaux aigüs qui, comme des tenailles,
Se croisaient en plongeant dans ses larges entrailles,
Jusqu'au dernier moment où le chien étranglé,
Mort longtemps avant lui, sous ses pieds a roulé.
Le Loup le quitte alors et puis il nous regarde.
Les couteaux lui restaient au flanc jusqu'à la garde,
Le clouaient au gazon tout baigné dans son sang;
Nos fusils l'entouraient en sinistre croissant.
Il nous regarde encore, ensuite il se recouche,
Tout en léchant le sang répandu sur sa bouche,
Et, sans daigner savoir comment il a péri,
Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un cri.

II

J'ai reposé mon front sur mon fusil sans poudre,
Me prenant à penser, et n'ai pu me résoudre
A poursuivre sa Louve et ses fils, qui, tous trois,
Avaient voulu l'attendre, et, comme je le crois,
Sans ses deux louveteaux, la belle et sombre veuve
Ne l'eût pas laissé seul subir la grande épreuve;
Mais son devoir était de les sauver, afin
De pouvoir leur apprendre à bien souffrir la faim,
A ne jamais entrer dans le pacte des villes
Que l'homme a fait avec les animaux serviles
Qui chassent devant lui, pour avoir le coucher,
Les premiers possesseurs du bois et du rocher.

III

Hélas, ai-je pensé, malgré ce grand nom d'Hommes
Que j'ai honte de nous, débiles que nous sommes!
Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
C'est vous qui le savez, sublimes animaux!
A voir ce que l'on fut sur terre et ce qu'on laisse,
Seul le silence est grand; tout le reste est faiblesse.
Ah! je t'ai bien compris, sauvage voyageur,
Et ton dernier regard m'est allé jusqu'au coeur!
Il disait: "Si tu peux, fais que ton âme arrive,
A force de rester studieuse et pensive,
Jusqu'à ce haut degré de stoïque fierté
Où, naissant dans les bois, j'ai tout d'abord monté.
Gémir, pleurer, prier est également lâche
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où la sort a voulu t'appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler."


mardi, juin 10, 2008

Celebrating an African Einstein

TED has just released a new website called NextEinstein whose goal is to unlock and nurture scientific talent accross Africa. Among the sponsors you can find Rwanda's president Paul Kagame, US actor Forest Whitaker or US renowned cosmologist Stephen W. Hawking. Here's one of the 1st video posted on the site channel on youtube where a student discussed her will to teach.


dimanche, juin 08, 2008

A long way to Boredom

10 heures et demi d'avion avec le système vidéo "inopérant". Le politiquement correct n'est jamais loin chez nos amis d'Air France. "Faire du ciel le plus bel endroit de la terre", mouais en attendant, pour un trajet aussi long c'est plutôt l'endroit le plus ennuyeux de la terre. Heureusement que j'avais mon piti naipod et mon loulou macbook pour faire joujou tranquilou.

dimanche, juin 01, 2008

Aïe aïe aïe

Douce nostalgie de mes années MTV... Hot Hot Hot ou bien ?!!!

Chris Isaac & Wicked Game


Dave Stewart & Candy Dulfer - Lily Was Here


Black & Wonderful Life. Je ne m'en lasse pas



Ooh La la la

It's the way that we rock when we're doing our thing...
Un peu old school mais toujours aussi refreshing.




Sex & the City - le film

J'attendais avec impatience d'aller voir au cinéma l'adaptation d'une de mes séries favorites : Sex & the City. On y retrouve Carrie Bradshow (Sarah Jessica Parker), journaliste et "anthropologue du sexe" qui tient une chronique dans un magazine new-yorkais. Pour écrire sa chronique "Sex and the city", Carrie s'inspire de ses histoires et de ses rencontres, mais aussi de celles de ses amies Samantha Jones (Kim Cattrall), Charlotte York (Kristin Davis) et Miranda Hobbes (Cynthia Nixon). On y relate les aventures amoureuses de 4 jeunes femmes new-yorkaises, le tout noyé dans un peu d'eau de rose sans jamais tomber dans le style gnan-gnan, on y parle évidemment de sexe de façon assez crue mais jamais vulgaire. En résumé, il est question de trouver l'amour avec une grand A, de se caser (pour ne pas changer), de gamins, de devoir conjugal, de fidelité etc...Ca tire un peu en longueur mais on passe un agréable moment, comme une soirée de potins entre filles. J'y ai traîné ma chère moitié qui est toujours curieux de savoir ce que des filles peuvent bien se raconter pendant des heures. Il a pu avoir un joli aperçu 2 heures et demi durant...

Have fun
Petit plus: une robe signée Vivienne Westwood à tomber....