Musings on Africa, Politics, Technology, Love, Life and Trifles...

|| Em@il me lymani_at_hotmail dot com ||

dimanche, mars 14, 2010

May You Live In Interesting Times

The alleged Chinese curse has it as follows:


May You Live In Interesting Times

May You Come To The Attention Of Those In Authority

May You Find What You Are Looking For

Birago Diop : les morts ne sont pas morts

Les mots toujours tres lourds de sens du poete Senegalais Birago Diop a la memoire d'Emmanuel, de Frederic, de Michel, de Jean-Philippe et tous ceux qui nous precedent dans les vents de Dieu. Les morts ne sont pas morts, ils restent aupres de nous si ce n'est en nous ou encore ils marchent parmi les vents du monde selon cette phrase que j'affectionne particulierement du poete Allemand Rainer Maria Rilke.

Pour Leopold Sedar-Senghor, dans la preface des contes d'Amadou Koumba, Birago Diop nous rappelle ce Pacte lourd mais essentiel qui nous lie a la vie : "Birago Diop ne fait que traduire, à travers la loi de l'interaction des forces vitales, la dialectique de la vie qui est celle de l'univers. A l'anarchie et à la mort s'oppose l'ordre de la vie."

Ecouter ce poeme.

Ecoute plus souvent
Les Choses que les Etres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Ecoute dans le Vent Le Buisson en sanglots :
C’est le Souffle des ancêtres.

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans l’Ombre qui s’éclaire
Et dans l’ombre qui s’épaissit.
Les Morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans l’Arbre qui frémit,
Ils sont dans le Bois qui gémit,
Ils sont dans l’Eau qui coule,
Ils sont dans l’Eau qui dort,
Ils sont dans la Case, ils sont dans la Foule :
Les Morts ne sont pas morts.

Ecoute plus souvent
Les Choses que les Etres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Ecoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots :
C’est le Souffle des Ancêtres morts,
Qui ne sont pas partis
Qui ne sont pas sous la Terre
Qui ne sont pas morts.


Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans le Sein de la Femme,
Ils sont dans l’Enfant qui vagit
Et dans le Tison qui s’enflamme.
Les Morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans le Feu qui s’éteint,
Ils sont dans les Herbes qui pleurent,
Ils sont dans le Rocher qui geint,
Ils sont dans la Forêt, ils sont dans la Demeure,
Les Morts ne sont pas morts.


Ecoute plus souvent
Les Choses que les Etres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Ecoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots,
C’est le Souffle des Ancêtres.


Il redit chaque jour le Pacte,
Le grand Pacte qui lie,
Qui lie à la Loi notre Sort,
Aux Actes des Souffles plus forts
Le Sort de nos Morts qui ne sont pas morts,
Le lourd Pacte qui nous lie à la Vie.
La lourde Loi qui nous lie aux Actes
Des Souffles qui se meurent
Dans le lit et sur les rives du Fleuve,
Des Souffles qui se meuvent
Dans le Rocher qui geint et dans l’Herbe qui pleure.
Des Souffles qui demeurent
Dans l’Ombre qui s’éclaire et s’épaissit,
Dans l’Arbre qui frémit, dans le Bois qui gémit
Et dans l’Eau qui coule et dans l’Eau qui dort,
Des Souffles plus forts qui ont pris
Le Souffle des Morts qui ne sont pas morts,
Des Morts qui ne sont pas partis,
Des Morts qui ne sont plus sous la Terre.


Ecoute plus souvent
Les Choses que les Etres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Ecoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots,
C’est le Souffle des Ancêtres.



dimanche, mars 07, 2010

Concha Buika: La Falsa Moneda

En boucle sur mon ipod, la voix suave et rauque de la chanteuse equato-guineenne Concha Buika que je decouvre a trvers son troisieme album : "Niña de Fuego” (qui signifie littreralement, "petite femme de feu"). 
L'album en effet vous laisse en feu, avec des frissons, malgre le fait que je ne parle pas espagnol, je me laisse aller a un truisme car elle prouve que la musique est universelle et que nul besoin de comprendre les textes pour saisir l'emotion et la profondeur quand elle conte avec ses mots et sa langue d'adoption l'amour ou le manque d'amour.
Je vous laisse decouvrir, mon clip prefere : "La Falsa Moneda" (la fausse monnaie), mais vous invite a acheter son album et vous laisser porter par sa voix sur les rythmes de "Minetieme Bien" (mens moi bien) , sa reprise magnifique du classique "La Bohemía" ou encore "Volver, volver".


Enjoy!



mardi, mars 02, 2010

Readings: Gabon, Cameroun, Mariage, Jonathan Goodluck

Yo, je sais que ca fait vieux mais il faut croire que notre part ne nous laisse pas Christelle et moi.
Donc en vrac, quelques liens interessants histoire de reprendre le fil de l'histoire:

while the ruling elite in Cameroon may have reason to jubilate over the Gabonese transition, they are most likely drawing the wrong lessons from the said transition, and/or not paying enough attention to the actual details of that transition which reveal a number of disquieting issues that could be potentially destabilizing for Cameroon in the same circumstances.
So why are "Marry Him" and "Committed" flying off the shelves? Because they do what all popular books on the subject have done over the years, decades and even centuries: They lay out rules, treating love, romance and relationships as if they are quantifiable and controllable. To be a young, single woman looking to settle down today is to be in the Wild West of dating history. Daters are ravenous for advice to order the chaos, even if it comes from a book, like "Marry Him," that berates them or, like "Committed," claims that marriage is a terrible institution for women (though the author gets hitched by her memoir's end).
  •  Jonathan Goodluck : un leader accidentel pour le Nigeria (New York Times).
The circumstances of Acting President Goodluck Jonathan’s accession to power are so odd that even he looks bewildered as he takes a self-effacing bow in this boiling, fractious nation. He has not been elected. He has not exactly been appointed. He did not seize power in a coup, unlike many of his predecessors. And as a mild-mannered academic in a black fedora, he seems an unlikely fit in Nigeria’s tough-guy environment.