Musings on Africa, Politics, Technology, Love, Life and Trifles...

|| Em@il me lymani_at_hotmail dot com ||

vendredi, février 29, 2008

Ô Cameroun....

Voilà un air de cirsconstance...

mercredi, février 27, 2008

Emeutes à Douala - 28-02-2008

Désolée, les images datent du 27 mais j'essaie de suivre les événements et de poster au fur et à mesure que je peux. Bonapriso, Bonanjo restent pour le moins calme. Il apparait selon les sources diverses que pareille situation ne prévaut pas dans le reste de la ville.

Revue de presse:

Les incidents auraient contaminé brièvement Yaoundé hier, mais aussi les villes de Buea, Bamenda. Il y aurait déjà près de 17 morts depuis le début des incidents (source: rfi), 8 selon Reteurs. Malgré l'extrême tension qui règne çà et là, il est prématuré de parler de "guerre civile" comme le font certains sites.

L'agitation comme le révèle le Financial Times de ce matin a pour conséquence directe de paralyser le pays. "The crisis has revealed the potentially destabilising impact of rising global oil prices on Africa, where many countries have seen fuel import bills soar. Plans by the government to pass some of the cost on to consumers by raising the price of subsidised petrol sparked protests by taxi drivers in the commercial centre Douala, crippling the country’s main port. Cameroon pumps about 85,000 barrels a day of oil and the port is a lifeline to landlocked Chad and Central African Republic. The unrest has spread to the capital, Yaounde, and towns in the south. Mr Biya has deployed troops for the first time in a decade to contain the unrest as stone-throwing youths blocked main roads and burned tyres. Media reports said at least eight people had been killed, though some residents said the toll could be higher. Mr Biya on Wednesday night struck a defiant tone in a televised address to the nation, disappointing those who had hoped he would take a more conciliatory approach."

L'International Herald Tribune fait un bref résumé de la situation en expliquant le fil des événements : "The protest began in Douala, Cameroon's economic capital, on Monday with a transportation strike as taxi and bus drivers called for lower fuel prices. It gathered strength on Tuesday and erupted with full force on Wednesday, spreading north to Yaounde, as demonstrators expanded their complaint to include cement, rice and other commodity prices."





Le Président Paul Biya a fait une brève allocution hier soir à 20 heures, celle-ci est retranscrite dans son intégralité ci-dessous (via Cameroon-Online.net).

"Notre pays est en train de vivre des événements qui nous rappellent les mauvais souvenirs d’une époque que nous croyons révolue. Si l’on peut comprendre qu’après l’échec d’une négociation, une revendication catégorielle s’exprime par l’exercice du droit de grève, il n’est pas admissible que celui-ci serve de prétexte à un déchaînement de violence à l’encontre des personnes et des biens. D’ailleurs, la preuve est maintenant faite qu’il est toujours possible de trouver une solution par la négociation à tout conflit social. Il ne s’agit pas de cela en réalité. Ce qui est en cause, c’est l’exploitation, pour ne pas dire l’instrumentalisation, qui a été faite de la grève des transporteurs, à des fins politiques. Pour certains, qui n’avaient d’ailleurs pas caché leurs intentions, l’objectif est d’obtenir par la violence ce qu’ils n’ont pu obtenir par la voie des urnes, c’est-à-dire par le fonctionnement normal de la démocratie. Ils n’ont donc pas hésité à jeter dans la rue des bandes de jeunes auxquels se sont mêlés des délinquants attirés par la possibilité de pillages. On en voit le résultat : des bâtiments publics détruits ou incendiés, des commerces et des entreprises pillés ou dévastés. Qu’il s’agisse du patrimoine de l’Etat, c’est-à-dire de notre bien commun, ou de locaux privés, ce sont des années d’efforts ainsi réduits à néant. Les apprentis sorciers qui dans l’ombre ont manipulé ces jeunes ne se sont pas préoccupés du risque qu’ils leur faisaient courir en les exposant à des affrontements avec les forces de l’ordre. Plusieurs d’entre eux ont de ce fait perdu la vie, ce qu’on ne peut évidemment que regretter. Lorsque le bilan humain et matériel de ces sombres journées pourra être fait, il sera probablement très lourd. Ceux qui sont derrière ces manipulations ne voulaient certainement pas le bien de notre peuple. On ne bâtit pas un pays en multipliant les ruines. Il faut donc que les choses soient bien claires. Le Cameroun est un Etat de Droit et entend bien le rester. Il a des institutions démocratiques qui fonctionnent normalement. C’est dans ce cadre que sont traités les problèmes de la Nation. Ce n’est pas à la rue d’en décider. L’immense majorité de notre peuple aspire à la paix et à la stabilité. Les dernières consultations électorales en ont apporté la preuve. Les Camerounais savent que le désordre ne peut apporter que malheur et misère. Nous ne le permettrons pas. A ceux qui ont pris la responsabilité de manipuler des jeunes pour parvenir à leurs fins, je dis que leurs tentatives sont vouées à l’échec. Tous les moyens légaux dont dispose le Gouvernement seront mis en œuvre pour que force reste à la loi."

Source images
image 1: Douala - le Figaro
images 2 & 3 : Douala - Sanaga Peregrinations

Tags:
, , ,

lundi, février 25, 2008

Douala s'enflamme - 25-02-2008

Update en images.

La première est celle devant le magasin Goodies à Bonapriso.



La deuxième avec la poubelle en feu a été prise au Carrefour de l'air.



Je posterai à mesure que je reçois des infos.


dimanche, février 24, 2008

Africain à Paris

Monsieur Hortefeux, dans votre course aux quotas, voilà une chanson qui irait bien dans votre iPod. Tiken chantait la mauvaise augure d'un "oiseau nommé charter." L'actualité nous rappelle l'acuité du drame de milliers d'individus qu'une politique de l'immigration déshumanise comme le rappelle si justement Nino.



Adieu Michel

Ô mort, où est ta victoire?
Ô mort où est ton aiguillon?



Par cette foi que nous partagions, je vous dis dans un signe d'au revoir "Adieu mon ami".

mercredi, février 20, 2008

Espoir 2000 : Abidjan Farot

Encore une insomnie...la nuit c'est la nuit...



Juste une petite correction pour nos amis ivoiriens : Douala est beaucoup plus doux...

mercredi, février 13, 2008

Coupe d'Afrique des Nations 2008 : Souvenirs





ok la CAN 2008 c'est fini. Le résultat des Lions Indomptables était honorable quoique la déception est forcément là. Petit cadeau pour les lecteurs de Sanaga des souvenirs en images de la CAN 2008. Aux images des matches et du terrain, j'ai préféré al vue côté gradins et vous avouerez qu'elle ne manque pas de piquant :)



Avion affrêté par le sponsor officiel pour convoyer une partie de son personnel au Ghana. Il est des fois où je me dis que je devrais me trouver un boulot tout aussi cool...



Celle-ci a pour le moins un côté truculent...
Qui sont-ils et où vont-ils? Your guess is as good as mine!

Mille mercis à Serge pour les images.

Obscénité franco-tchadienne, par Jean-François Bayart

Je vous invite à lire l'article paru dans le journal Le Monde de ce jour. L'histoire pourrait être risible, mais en fait elle est triste à en pleurer, pour le Tchad et pour l'Afrique. Et pendant ce temps, des gens se meurent du Darfour à N'Djamena en passant par Kousseri....
"Idriss Déby a pris le pouvoir par les armes en décembre 1990. Il venait de Libye et du Darfour et avait bénéficié de l'aide militaire française pour chasser Hissène Habré, devenu embarrassant. Il a persisté dans son être présidentiel jusqu'à aujourd'hui à grand renfort de combats, de répression, de fraudes électorales, de manipulations constitutionnelles.
Pillant sans ambages les ressources de l'économie nationale, bafouant les accords signés avec la Banque mondiale quant à l'utilisation de la rente pétrolière, impliqué dans la contrebande avec l'Arabie saoudite, spéculant contre sa propre monnaie à l'approche de la dévaluation du franc CFA, en janvier 1994, grâce aux informations dont il bénéficiait en sa qualité de chef d'Etat, éclaboussé par un trafic de faux dinars de Bahreïn, il a néanmoins joui du "soutien sans faille" de la part de la France. Les rebelles qui veulent maintenant le renverser sont eux-mêmes issus de son entourage et ont donc longtemps bénéficié des sollicitudes de Paris avant de trahir un maître désormais moins partageux. (...)
A quelques mois de la présidence française de l'UE, le coût diplomatique de ce choix sera élevé. Politiquement, et sans doute militairement, il sera payé en pure perte puisque le régime tchadien est exsangue et n'est plus qu'un miraculé du COS. Tôt ou tard, il sera remplacé par l'un de ses clones, avec ou sans l'aide du Soudan. Les livraisons d'armes nourriront la reprise de la guerre dans l'est du Tchad et au Darfour, voire en Centrafrique. Jusque-là, cette politique absurde reste dans la continuité des années 1990-2000. L'habillage onusien ex-poste de l'intervention française ne constitue pas non plus une rupture, quoi qu'en dise l'Elysée. Jacques Chirac et Dominique de Villepin étaient déjà parvenus à vêtir de la sorte l'opération "Licorne" en Côte d'Ivoire, quelques semaines après son déclenchement.
Non, la vraie rupture est ailleurs : dans la pornographie de la mise en scène, inédite dans une "Françafrique" qui pourtant n'a jamais été bégueule en la matière. Pour tenir sa promesse vantarde d'arracher aux griffes de la justice nègre L'Arche de Zoé, Nicolas Sarkozy a, dans les faits, troqué la grâce de six criminels humanitaires français contre l'arrestation musclée des quatre principaux leaders de l'opposition légale tchadienne, signataires de l'"accord politique global visant à renforcer le processus démocratique", paraphé le 14 août sous les auspices de l'Union européenne.
Certes, Hervé Morin a dit vouloir se préoccuper de ceux-ci dès que la situation le permettrait. Mais deux, quatre, huit jours à 220 volts, sous le fouet ou en balançoire, c'est long, monsieur le ministre. Si tant est que ces hommes soient toujours vivants. Et sans parler de leurs militants, raflés dans les quartiers de N'Djamena, emprisonnés, torturés, voire exécutés, dans les heures et les jours qui ont suivi le miracle du COS. Paris n'a pas su, ou pas voulu, monnayer son intervention contre le respect du pluralisme et des droits de l'homme. Le ton martial du président Déby indique que la chasse aux démocrates (et non seulement aux rebelles) est ouverte. Son cynisme laisse présager le pire : "Je ne m'occupe pas du tout de ces détails que nous verrons plus tard", a-t-il déclaré à propos des quatre disparus. (...)
Le plus sordide reste à venir sur nos écrans de télévision. La grande joie de la nation saluant la libération de ses humanitaires égarés, mais trop injustement punis par la justice nègre, occultera définitivement le sauvetage militaire d'un pouvoir prédateur et meurtrier au prix de l'annihilation de son opposition légale. Le discours de Nicolas Sarkozy sur l'Afrique, depuis son élection, nous a préparés à cette arithmétique : six coupables blancs valent quatre innocents noirs, et le sort de centaines de victimes anonymes envoyées ad patres par des munitions françaises est un non-événement puisque les médias l'ont tu et que ces morts n'appartiennent pas à l'histoire. Obscène.
Néanmoins, cette obscénité n'est pas qu'une faute de goût de la part d'un président qui décidément n'en a guère. Annoncée par le discours de Dakar et par le mépris affiché à l'endroit de la justice tchadienne, elle entachera définitivement son action au sud du Sahara pour le restant de sa carrière politique. Elle souille la compétence et le dévouement des serviteurs de l'Etat qui vaille que vaille oeuvrent aux relations franco-africaines dans un contexte difficile. Elle compromet le travail et la sécurité des entreprises et des ONG de notre pays, qui sont actives sur le continent. Elle plonge dans la honte et la colère les Français et les Africains qui se font une autre idée de la République et hésitent désormais à se regarder dans les yeux."

Jean-François Bayart est directeur de recherche au CNRS.
Source : Le monde. Article paru dans l'édition du 13.02.08
Tags:

mardi, février 12, 2008

A lost laptop, a $54 million lawsuit

"How much compensation does a consumer deserve for the loss of a laptop computer loaded with personal information? Raelyn Campbell figures it’s $54 million -- if you throw in a little extra for lost time and frustration. Six months after bringing a damaged laptop computer into a Best Buy electronics store for repairs, and three months after the firm admitted losing it, Campbell filed the whopper of a lawsuit recently in Washington, D.C., Superior Court." Lire la suite de l'histoire rapportée par Bob Sullivan sur Msnbc.

Un seul mot ...

Tags:

lundi, février 11, 2008

Les limites du leapfrogging

Le bond technologique que représente l'adoption de la téléphonie mobile est-il réplicable aux autres domaines? Est-il possible grâce aux nouvelles technologies de faire progresser des domaines aussi divers que l'éducation, la santé etc... Mon avis? Oui et non, le digital venant toujours comme complément à l'industriel.

Deux réponses dans ce sens dans le magazine The Economist de cette semaine :
  • The limits of leapfrogging. "The World Bank concludes that a country's capacity to absorb and benefit from new technology depends on the availability of more basic forms of infrastructure. This has clear implications for development policy. Building a fibre-optic backbone or putting plasma screens into schools may be much more glamorous than building electrical grids, sewerage systems, water pipelines, roads, railways and schools. It would be great if you could always jump straight to the high-tech solution, as you can with mobile phones. But with technology, as with education, health care and economic development, such short-cuts are rare. Most of the time, to go high-tech, you need to have gone medium-tech first."
  • Technology in emerging countries : of Internet cafés & power cuts. (Petit aparté : le titre m'a bien fait rigoler, tant il sonne juste dans le contexte Camerounais. Merci qui? merci AES-Sonel!) Cet article intéressant fait la distinction nette entre l'absorption de la technologique et sa diffusion de masse qui s'opèrent en des temps distincts. "Broadly, two sets of obstacles stand in the way of technological progress in emerging economies. The first is their technological inheritance. Most advances are based on the labours of previous generations: you need electricity to run computers and reliable communications for modern health care, for instance. So countries that failed to adopt old technologies are at a disadvantage when it comes to new ones. Mobile phones, which require no wires, are a prominent exception. (...) The other set of problems has to do with the intangible things that affect a country's capacity to absorb technology: education; R&D; financial systems; the quality of government. In general, developing countries' educational levels have soared in the past decade or so. Middle-income countries have achieved universal primary-school enrolment and poor countries have increased the number of children completing primary school dramatically. Even so, illiteracy still bedevils some middle-income countries and many poor ones."
Source image : The Economist

dimanche, février 10, 2008

Is it really OK to settle for Mr. Good Enough ?


Still holding out for Mr. Right, even as middle age quickly approaches? Don't hold your breath, says Lori Gottlieb. Here, the author and single mom explains why true love may be a fantasy — and why that's not necessarily a bad thing.


Although I don't agree with everything she's saying, I must say that this interesting article from the Atlantic Monthly magazine has a point and - although I don't agree - makes a good case on why women should settle for "Mr. Good Enough."

Our society and even Hollywood have somewhat ingrained in our minds that we -women- should be looking for "Mr Right", fall madly in Love and Marry him. Divorce rates in our modern society teach us that reality is a little bit more complex. So here is the question that pays : "To settle or not ? because while being with a partner who is "beneath you" is problematic, being single just plain "sucks".


Eugene Volokh has an interesting comment on his blog regarding the matter, to him,
"marriage isn't a passion-fest; it's more like a partnership formed to run a very small, mundane, and often boring nonprofit business." What do you - girls & guys - think? It goes back to a discussion I had we friends last week over dinner and could be summarized this way : aiming for mister Right and settling for mister kind of Right... I still don't believe that lowering your expectations will get you far, but again this is my humble opinion.


read more | digg story

Mellow sunday afternoon with Keisha White

I've just discovered the british singer Keisha White (many thanks to J.) and I must confess she made this sunday afternoon quite enjoyable. :)


ok c'est pas tout, maintenant y a match, donc on se such à la téloche...

samedi, février 09, 2008

Vues & villes d'Afrique (3)





Notre petit concours suit son cours. Quelle ville présentent les photos ci-dessus.
Un petit indice, nous sommes encore chez les bantous dans cette exploration visuelle de l'Afrique urbaine. Deuxième indice, cette ville connaît un essor incroyable des constructions. So???

vendredi, février 08, 2008

The obituary of Simiyu Barasa, written by himself

Kenyan Pundit reproduced "The obituary of Simiyu Barasa, written by himself". I urge you to read the whole obituary as it is a moving account of the ongoing tragedy in Kenya. Depending on the tribe people belong to, they might live or not.

"I know not my tribe, I have only known myself as Kenyan, and others as fellow Kenyans. In these times, belonging or not belonging means not being dead or being seriously dead. What chances does a person like me have? (...)

I have nowhere to go. No tribe to run to. No tribes men to protect me. Except the grave. Which is what my fellow country men are intent on sending all those who don’t belong to their tribe. Goodbye, friends.. Seeing that all fast food restaurants have a notice ‘pay in advance’, let me take the cue and say Goodbye in advance. When you see a pulp of human flesh in the tarmac with youths dancing round it waving their bloody matchetes, look closely. That ear might be mine. That grinning upper lip might be mine. I loved you, my fellow countrymen. I loved without thinking of your parental lineage. I loved Kenya. But look what this country has done to me: sodomised my sense of humanity and pride."


On a side note (albeit an important one) it seems that Kofi Annan's mediation is getting some traction and an agreement between opposing parties could be reached next week. Let's hope for the best ...

Africa's view of itself



Check out the results from a poll conducted last year by the New York Times newspaper : a portrait of Sub-Saharan Africa. Among the countries surveyed you have Senegal, Ivory Coast, Nigeria, Ghana, Uganda, South Africa etc... Subjects vary from the influence the President/Prime Minister on its country, the treatment of the country in international news media, the current economic situation etc...

Image source : New York Times

jeudi, février 07, 2008

Late night Jazz fix : Roger Biwandu

Little insomny sometimes means that I need a quick Jazz fix (or some sort of music). Tonight, I've decided to wander across the web and see what was out there. Check out one of the best drummers on the French Jazz scene :Roger Biwandu. He shared the stage with various artists including Bobby McFerrin; he has very eclectic musical references... The first video is a gem found on behindthenotes.com site : there he explains his music, how he started and shares some cool notes....



Second video, just click on "play" and let me know what you guys think about this.



Additional link : his myspace page.

CAN 2008 : On est en finale

Ok on est en finale. Surprenants que sont nos lions! Je me suis laissée dire que le match était assez ennuyeux, mais seul le résultat compte; Rendez-vous est donc pris dimanche pour la finale qui opposera les Lions Indomptables aux Pharaons d'Egypte. Comme un air de déjà vu... Quelles sont vos prédictions pour la finale?

Petit widget sympa dégoté lors de mes pérégrinations internautiques, un résumé en images des matches de la CAN 2008.




Yes we can

Les talents d'orateur d'Obama ne se démentent pas, pour preuve ce discours mis en musique par les Black Eyed Peas. Yes we can. Very inspiring ...



Dans la série des soutiens au sénateur de l'Illinois, on peut désormais compter le bloggeur Ethan Zuckerman qui signe une belle note intitulée "Hoping for Obama".
Via Dipdive.com

lundi, février 04, 2008

Kouchner, Microhoo-Google, Obama-Clinton, les lions etc...

Voilà que je ressens le décalage horaire avec une certaine acuité, voire violence. Dur dur...
  • "Homme d'état sans frontières"; le journal New York Times signe dans son édition de ce week-end un portrait du French doctor et ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner. "The issue that the French find most entertaining to debate about Kouchner is: Does he matter? One line of argument runs that while Kouchner gets to do the hot spots — Darfur, Lebanon, Kosovo — Sarkozy turns to Levitte when it comes to great-power diplomacy. And the Syrian misadventure implies that Kouchner can’t even exercise control over the hot spots. Pierre Haski, director of Rue89, a left-leaning French foreign-affairs Web site, calls Kouchner “the weakest minister of foreign affairs in memory, except for Douste-Blazy."
  • MicroHoo & Google : searching for the next big thing. (BBC) Google a visiblement décidé de jouer les troubles-fête en soulignant les risques pour la concurrence et l'innovation sur Internet que pourraient avoir le rachat de Yahoo par Microsoft. Sur le blog de Google on peut ainsi lire : "So Microsoft's hostile bid for Yahoo! raises troubling questions. This is about more than simply a financial transaction, one company taking over another. It's about preserving the underlying principles of the Internet: openness and innovation." Bonne analyse de Robert Scoble sur les motivations de Google pour retarder le deal.
  • Cameroun-Tunisie : 3-2 (Camfoot). Voilà un sacré match et le résultat n'est bien sûr pas pour me déplaire...Rendez-vous dans quelques jours face au Ghana. Vu que je n'ai pas de chaîne retransmettant le match, 1000 mercis à François qui a joué le commentateur sportif pour le moins "surprenant". Petit lien pour le fun : les pronostics d'avant match sur Yahoo answsers, force est de constater que beaucoup ne donnaient pas cher de notre peau.

vendredi, février 01, 2008

A part ça, quoi de neuf? 01-02-2008

  • Elections américaines : Edwards & Giuliani se retirent de la course; côté démocrate : les deux candidats à la nomination du parti qui restent en lice : Clinton et Obama adoucissent le ton et concentrent leurs attaques sur le parti républicain. A tous ceux qui me demandent si j'ai changé d'avis, la réponse est NON, même si j'avoue qu'Hillary semble à la peine, tout au moins dans les sondages et dans les médias. Les urnes donneront leur verdict bientôt. J'attends aves impatience les résultats du "Super Tuesday".
  • Microsoft propose de racheter le portail californien Yahoo! pour $44,6 milliards. Objectif : concurrencer Google et porter un coup à sa suprématie dans le domaine de l'online search. Je sais que je vais agacer certains de mes amis microsofties, mais force est de reconnaître que la firme de Redmond manque pour le moins de vision sur le domaine du Search et de la publicité sur Internet (marché dont on prédit qu'il représentera $80 Milliards en 2010). Selon une récente étude de Nielsen, la part de marché de Google dans le marché du search US est de 56%, contre 17% et 13% pour Yahoo et Microsoft respectivement. Paul Kedrosky résume assez bien la situation : "Yahoo needs Google to save it from Microsoft to save it from Google. It's about as convoluted as last night's Lost season premiere, but it does make its own sense".
  • Le palu recule. Du moins le nombre de décès dus à la maladie est en recul grâce à la distribution de moustiquaires et d'un nouveau médicament en Afrique.