Musings on Africa, Politics, Technology, Love, Life and Trifles...

|| Em@il me lymani_at_hotmail dot com ||

dimanche, octobre 21, 2007

Dernier chic : l'escapade à Kribi le temps d'un lunch

L'eau est toute tiède

Plutôt que de chic, soyons juste et avouons qu'il s'agit de ma dernière lubie : profiter des charmes méconnus de la Cameroonian riviera et faire l'aller-retour à Kribi le temps d'un déjeuner au bord de l'eau.

10h30: Ca commence par un double expresso avalé paresseusement le matin au bord de la piscine. A moitié réveillée, j'entends à peine mes amis et le chauffeur qui me pressent de prendre la route si je veux pouvoir déjeuner et profiter de l'eau le temps d'une escapade.

11h30: on boucle le sac, on vérifie le coffre. Maillot de bain, serviettes de plage, Ipod avec dock, appareil photo et chic suprême : mon "partenaire en crime", W. embarque un mini freezer portable qui s'alimente sur l'allume-cigare de la voiture. Derniers checks que je n'ai rien oublié avant de décoller de "price" (entendez Bonapriso). De toute façon, ma mémoire ne me revient que lorsque les embouteillages de "village" ne sont plus qu'un mauvais souvenir que ravive un coup d'oeil au rétroviseur.

12h30: on a fait le plein de bonbons et autres produits chimiques made in chococam et les brasseries. Pour moi ce sera Top grenadine et ananas, chocolats au nougats et chips de plantains quand on en trouve. Le lecteur de CD laisse s'échapper un doux son de Jazz mêlé de Reggae: a twist of Marley que je vous recommande vivement. Le bonheur commence bien sous de pareils auspices.

13h15: petite pause qui s'impose à Edéa. Halte soya et top tonic (je consomme camerounais à fond ...)

14h30: entrée dans Kribi. Délaissant le palm beach et ses faux airs de palace guindé, fuyant comme la peste un centre ville de Kribi sans intérêt, nous nous engouffrons vers la périphérie direction la myriade de plages privées aux noms aussi exotiques que "champs élysées", "santiago plage" est celle qui retient ma préférence. Le principe est simple, vous choisissez un coin de plage et avez tout le confort spartiate à votre disposition. Des bancs de plage qui font office de transats, un hamac et une mini-cabane faite en bambous pour s'abriter en cas de pluie. Votre hôte se charge de tout : cuisine, gardien et veillez à ce que vos moindres petits désirs soient accomodés (dans la mesure du possible).

15h: nous voilà installés au soleil. Notre hôte se charge de déballer les affaires, et nous en avons pour 3h de tranquilité. (Renvoyez le chauffeur et demandez lui si vous en avez un de venir vous chercher vers 17h30; Kribi étant somme toute une petite ville, vous pourrez toujours envoyer un des garçons de plage le chercher "en ville" si le besoin se faisait sentir).

Au menu nous avons commandé des crevettes et des "african chips" (en fait c'est l'arbre à pain qui est coupé en fines lamelles frites à l'huile). Simple et délicieux. N'hésitez pas à demander à votre cuisinier du jour de faire des économies d'huile sinon vous risquez très vite de vous retrouver à manger de l'huile aux crevettes et non l'inverse... W se charge de créer des panachés d'un nouveau genre. Isenbeck et top grenadine : je passe mon tour sur ce coup!

Pendant qu'il cuisine, nous profitons de l'eau qui est divinement chaude. L'eau y est beaucoup plus claire qu'à Limbé. Attention toutefois aux crabes qui surgissent de nulle part sous le sable et aux chausse-trappes dans l'eau, ces derniers ont parfois un effet traître.

A table

16h30: L'eau creuse et en un rien il est déjà temps de passer à table.

Au menu : crevettes et chips d'arbre a pain

17h30 / 18h: on regarde le coucher du soleil en digérant. Il est temps de reprendre la route vers Douala pour pouvoir dîner en famille aux heures décentes.

Voilà une belle journée qui s'achève et que je vous recommande chaleureusement. Les routes du pays étant remplies de chauffards, je vous conseille de rouler doucement, la mer ne fuit pas et vous n'avez qu'une vie.


Devinette : où a été prise cette photo?

Je paie un verre de jus de gingembre au premier qui trouve.


Méditer au bord de l'eau

Accessoirement, vous pouvez visualiser ici un diaporama de mes dernières vacances au pays. Have fun :)

mardi, octobre 09, 2007

En boucle sur mon Ipod: le ventre de Lady Ponce

Vertitable succes populaire decouvert lors de mon dernier sejour, ce bikutsi de Lady Ponce alias Ngono Adèle Rufine passe en boucle a la radio et en boite de nuit. Pourquoi le ventre? Vague evocation de la politique du ventre et de ses maux en Afrique? "...Lady Ponce tient à rappeler le sens du titre apparemment équivoque choisi : Le ventre. " J`ai ainsi nommé mon album parce que le Cameroun a faim". " La voix rocailleuse de la nouvelle diva du Bikutsi fait des ravages, ses propos ne laissent pas indifferents a en juger par le theme du titre phare de l'album : "l'homme, le ventre et le bas ventre et le tour est joue".

Force est de reconnaitre qu'a bien des egards elle n'a pas tort...

Enjoy et encouragez la en achetant son album :)



A lire aussi: une interview de Lady Ponce sur Cameroun-Online

lundi, octobre 08, 2007

Douala on my mind

Douala on my mind
It's been quite a while since my last post. As usual I've been very busy but as many of you already figured out I went out on vacation. I was pretty good at unplugging (low blackberry usage, no work email replies, no blog post etc.) and enjoyed my time being there hanging in my favourite hotspots. More to come in future posting.

One of my friends took a picture (click here to see it in full size) of yours truly meditating and sipping some gingember while the sun was setting on Douala. At the far right you can see Mount Cameroon. I am back, but Douala is still on my mind...