Musings on Africa, Politics, Technology, Love, Life and Trifles...

|| Em@il me lymani_at_hotmail dot com ||

jeudi, septembre 21, 2006

Late night wandering : Zaki Groove au Baiser sale

Hier soir, mon ami Etienne Mbappe m'a requisitionnee pour aller soutenir la production jazzy camerounaise. Nous avons donc pris la direction des petits clubs jazz de la rue des Lombards a Paris, pour aller ecouter Zaki Groove au Baiser Sale. Sur scene, Laurent Evini a la basse et au chant accompagne par Charlotte Dipanda, Claudine François au piano, Florian de Junnemann a la guitare, Thomas Koenig au sax/flûte, et un bel inconnu a la batterie :)

L'idee de depart est bonne, un mix des sons coltraniens et des rythmes de bikutsi. Je me suis laissee tentee par Forets, ou enfants du village. J'en suis aussi vite revenue. Comme pour tout, une idee se doit d'etre creusee et travaillee, malheureusement Zaki Groove se refuse a faire preuve de cette rigueur necessaire. Les sons tournent court, et la musique se transforme rapidement en cacophonie inommable. Le jazz ne saurait etre pretexte au bruit, la superbe voix de Charlotte Dipanda ne relevera pas le groupe de son agonie. Evini aurait du nous epargner le fil decousu de ses propos, incoherents et decrivant une Afrique miserabiliste dans laquelle je ne me reconnais pas.

Je me suis excusee a la fin du 2eme set, pour discuter avec le musicien, producteur du
"Testament du Makossa", Aladji Toure: ce dernier vient de sortir un livre sur les secrets de la basse africaine et et prepare un nouvel album. Pour ceux qui comme moi ne le connaissent, Etienne me fait savoir qu'il est le precurseur de Richard Bona et des autres.

La nuit s'accelere, le jour est au coin de la rue pavee, rue des Lombards les gens se pressent pour qui siroter un dernier verre sur les airs d'un sax endiable, d'autres pour griller une derniere cigarette et entendre le dernier ragot de la scene musicale. Je m'en retourne a mes penates, Morphee m'appelle et je lui reponds.

2 comments:

Anonyme a dit…

Ayant assisté à cette soirée je ne peux laisser ces commentaires sans réponses.
Premièrement je me souviens parfaitement de votre arrivée, précisément au moment ou Aladji Touré était en train de féliciter Laurent Evini alors qu’il venait d’acheter son disque. Sur ce fait, vous le soulignez vous même, Aladji Touré étant ce qu’il est on ne peut remettre son jugement en question. En revanche Monsieur Mbappe lui n’a même pas pris la peine de saluer Laurent Evini, drôle de manière de « soutenir la production jazzy camerounaise »…Mais sur ce manquement seuls les deux bassistes concernés connaissent le fond du problème que vous vous chargez bien d’entretenir, rentrant dans le jeu du lynchage verbal à mon goût injustifié pour vous mettre au service de la colère de votre ami.

Que la musique et les chansons de Laurent Evini ne vous aient pas plu et même que vous les ayez trouvé détestables, soit, tous les goûts sont dans la nature. Mais étant donné que vous non plus vous n’avez pas pris la peine de faire connaissance avec lui j’espère que vous avez basé votre jugement de propos misérabilistes sur une maîtrise totale de l’Ewondo, dialecte dans lequel il chante. J’espère également que vos pieds se sont déjà posés dans le quartier où il a grandit…je ne le pense pas car vous ne pourriez nier une certaine misère qui y règne.

Pour finir vous auriez pu au moins mener votre tache de journaliste jusqu’au bout et interviewer les musiciens…il ne s’agissait pas de Claudine François au piano et le batteur en question n’est pas si inconnu que ça dans la musique camerounaise.

En espérant que les gens comme vous se raréfient afin que les rivalités entre musiciens cessent un jour, j’attendais un peu plus d’objectivité et de discernement de la part de ce « Grand Frère » dont vous n’êtes que l’instrument pour régler ses comptes.

Lydie a dit…

Je ne puis repondre pour Etienne, mais je puis assurer que cela partait d'une idee noble de soutenir la production camerounaise. Quant au different dont vous faites etat, n'y ayant pas assiste, je me passerais de commentaires.

Revenant sur les propos miserabilistes, je faisais reference aux intermedes trop longs d'Evini. Force est de reconnaitre, que les propos etaient pour le moins decousus. ma grande deception a ete notamment au moment ou il presentait sa "lettre a maman" (je ne me souviens pas du titre tres precisement, vous m'en excuserez). Je n'ai pas grandi dans son quartier, cela n'empeche que je ne me reconnais nullement dans ce qu'il decrivait.

J'aurais aime interviewe les musiciens, mais je n'en ai pas eu l'occasion. Je fais reference a un bel inconnu a la batterie, car je ne connais pas son nom et il ne figurait pas sur le depliant. Inconnu pour moi, mais je ne doute pas un seul instant qu'il s'agit la lui aussi d'un artiste de talent voire de renom. Pour le piano, je vous saurais gre de nous eclairer en nous revelant le nom de l'artiste. Je ne suis pas journaliste, je n'en ai pas les atreintes, mais juste une bloggeuse, cela n'empeche que je me dois de donner mon avis avec rigueur. Merci de me le rappeler.

Vous semblez lier mon propos a une sourde rivalite entre artistes, dont je n'ai cure. Etienne est un ami, mais je ne saurais me faire l'instrument de quoi que ce soit. Je reste etrangere a de pareilles tactiques. Mon propos se veut libre, libre de dire tout le bien ou le mal que je pense. J'ai ete voir Zaki Groove, je n'ai pas aime, je l'ecris, ne vous en deplaise , c'est un fait, c'est mon choix, impartial, libre et serein.