Musings on Africa, Politics, Technology, Love, Life and Trifles...

|| Em@il me lymani_at_hotmail dot com ||

samedi, février 17, 2007

Chine-Afrique : vers une recolonisation possible?

Chine-Afrique : on en reparle sur les forums tels que ceux d'Angel Africa ou sur les blogs. Les questions en toile de fond restent les mêmes: doit-on voir en cette aide une manne providentielle pour l'Afrique? Y'a t'il une nouvelle donne avec les relations sino-africaines? Celle qui agite la blogosphère se résume ainsi : l'aide de la Chine représente t'elle une nouvelle forme d'impérialisme pour l'Afrique? Quelques points de vue intéréssants: (via AfricaWorks)
  • celui du journaliste William Gumede, éditeur associé du journal Africa Confidential. Dans son article intitulé "Don't Condemn Africa to Underdevelopment", il présente les deux versants de ces relations sino-africaines qui ne semblent pas aussi limpides qu'il y parait. Côté pile, le Chine promet de doubler son aide aux états Africains d'ici à 2009 pendant que l'Europe et les Etats-Unis en sont aux réductions des montants dévolus à l'aide au développement. L'intérêt de la Chine a permis aux états africains de négocier de meilleurs accords avec leurs partenaires occidentaux. Côté face, c'est une Chine qui ré-affirme son soutien à Mugabe et autres compères en dictature du continent, qui fait preuve d'un lobbying actif en faveur du gouvernement de Khartoum contre toute résolution visant à l'envoi de troupes des Nations Unies pour essayer de mettre fin au génocide. Ou encore, une Chine qui s'opposerait à l'octroi d'un siège permanent pour l'Afrique au Conseil de sécurité des Nations Unies. Le plus alarmant dans l'histoire selon Gumede étant que: "the rise in exports to China typically generates few jobs, while imports from China take away jobs. If this continues, argues South African President Thabo Mbeki, the African continent could be "condemned to underdevelopment" and "recolonization". Africans should heed the warning."
  • En réponse à Gumede, le journaliste Ougandais Andrew Mwenda milite en faveur d'une réforme urgente de l'Afrique et de ses insitutions. "Africa must fix itself". Pour lui l'aide des pays occidentaux à l'Afrique va croissant. Mais le problème réside ailleurs. "The failure of Western aid in Africa has little to do with the conditions attached to it, but a lot to do with poor governance on the continent."
J'abonde dans le sens de ce dernier en ce qu'il affirme que la solution est à trouver en notre sein. Doit-on écouter les Cassandre de notre temps qui crient au danger d'une recolonisation possible, voire pire à la condamnation (permanente?) du continent au sous-développement? Cela me rappelle un passage des mémoires de Porc Epic du Congolais Mabanckou qui dit que si l'on croise un sourd qui court à perdre haleine, il faut toujours le suivre sans se poser de question "car il n’a pas entendu le danger, il l’a vu". Il n'est pas si loin le temps où l'aide au développement avait pour forme de menus présents offerts à nos ancêtres par des étrangers nouvellement accostés sur leurs rivages. Un coup d'oeil dans le rétroviseur permet toujours de s'assurer qu'un passé pas si lointain ne nous rattrape douloureusement. En ce sens, s'il n y a pas danger, il y a urgence! J'écouterais avec grande attention ces cris d'alarmes concernant le devenir de l'Afrique. Ils ne sont autre qu'une invitation pressante à la réforme nécessaire de nos institutions préalable pour un dévéloppement réussi. On se répète, mais il faut croire que ca va finir par rentrer et nous motiver! Le monde peut bien vous tendre la main, si vous ne savez pas marcher et/ou ne voulez pas apprendre, vous n'irez pas bien loin. Il en va de même pour l'Afrique.

J'ai parlé ma part, parle pour toi!