Musings on Africa, Politics, Technology, Love, Life and Trifles...

|| Em@il me lymani_at_hotmail dot com ||

dimanche, février 11, 2007

Hotspots in Douala


Douala etant particulierement brumeuse en Janvier dernier, a cause de l'Harmattan venu du desert du Sahara, il n'etait pas particulierement agreable de se balader dans la ville pour admirer le paysage.

Petite revue des hotspots de Douala la vibrante:

  • Le dernier comptoir colonial : on y va clairement pour la vue imprenable sur la mer et le ndole. Le personnel y est toujours aussi peu amene, mais il ne tient qu'a vous de leur rappeler les fondamentaux de leur metier : contenter le client ! Si voir et etre vu vous indiffere, alors evitez les foules et preferez les heures creuses c'est a dire essayez d'aller dejeuner vers 14h comme ca vous pouvez admirer tranquillement la maree monter en sirotant un jus de Gingembre. Ce jus est une specialite de la maison. Je le classerais en 2eme position des meilleurs jus de gingembre de la capitale economique. Le soir, ne tardez pas en chemin et allez y vers 21h, car l'etablissement a tendance a etre en rupture de tout passee une certaine heure. Mention speciale pour la soupe du pecheur au capitaine.
  • Chez Pascale Coiffure (Bonapriso). Petite adresse pour les filles :) On s'y refait une beaute en ecoutant les dernieres rumeurs du gotha et des gens moins importants. Qu'importe, les gens n'aiment pas les gens, mais ils aiment bien la vie des gens ! Je note aussi cette adresse car on y sert des beignets succulents et le meilleur jus de Gingembre fait maison. Ce qui permet de patienter un peu en attendant son tour pour une permanente. Allez y vers 18h30/19h quand il y a moins de monde. Pascale, la proprietaire est une comme une tante confidente pour tous, donc ne laissez pas une autre vous faire les finitions sur votre brushing.
  • Pour les petites faims au differents moments de la journee, le matin (vers 11h) n'hesitez pas a vous faire apporter si vous le pouvez vos pains aux chocolat de Choco-cho (ou chaud je ne sais plus). A grignoter en lisant les dernieres nouvelles du Popoli. Dans l'apres-midi apres la sieste ou a la sortie d'une viree nocturne, la boulangerie Zepol aura toujours des pilis-pilis pour vous sustenter. Le soya a Douala-bar y est bien meilleur, pour ceux qui preferent les brochettes de viande au tapioca sont redevenues a la mode. Les beignets de mais ne sauraient s'acheter ailleurs qu'a la rue de la joie a Bali (une rue plutot animee a toute heure de la nuit et un peu moins le jour).
  • Ambiance lounge aux Trottoirs de Bali. Le proprietaire du dernier comptoir colonial exporte sa recette avec succes au coeur de la ville. A l'ombre des manguiers et sous les ventilateurs, ecoutez le dernier tube de Bona ou de Mbappe et sirotez votre cocktail de jus de fruits. Si vous demandez a la barmaid de vous concocter un breuvage maison, elle y mettra du coeur et de l'art. Je n'y ai pas dine, donc je ne saurais commenter la carte. Je me suis contentee des brochettes de Zebu. De 17h a 19h, service happy hour avec beignets-haricots. Le soir il n'est pas rare de voir des artistes ou un DJ (ambiance jazz et world music) se produire sur la scene plantee au milieu du decor en plein air improbable mais reposant. Eloignez vous des conversations des tables, seuls les murmures difficiles a decrypter vous trouveront si vous vous affalez dans les canapes du salon. Il y avait marque salon VIP sur la note, donc je ne sais pas si la note finale etait fonction de cette notation VIP (fortement usurpee). Je verifierai lors d'une prochaine escale.
  • Apres un diner entre amis, etirez la soiree en faisant un petit detour par l'hotel Sawa pour y siroter un jus de goyave. Fuyez le bar de l'hotel (sans interet et ce quelque soit l'heure de la journee) pour vous affaler sur les transats au bord de la piscine, elle y est deserte aux heures tardives. Le personnel peut s'averer reticent a vous y servir, mais demandez gentiment et vous serez exauces. Continuez votre periple nocturne a la Cigale pour ecouter les artistes de cabaret chanter les airs d'un repertoire eclectique qui va du reggae a la pop en passant par la variete francaise. Un regret a emettre, ces artistes devraient chanter leur propre production et les differents musiciens devraient trouver du temps en journee pour repeter ensemble. Une certaine cacophonie peut s'elever a mesure que ces derniers cherchent a s'accorder. Le saxophoniste de la maison, dont je n'ai pas note le nom s'avere plein de talent pour son age (18-2o ans selon moi), cela vaut la peine d'aller l'ecouter. Je me suis laissee dire que la carte du restaurant etait de bonne facture (au sens litteral comme figure du terme). Petit warning : votre soif peut s'averer couteuse dans cet etablissement, donc moderez la!
  • Une peregrination nocturne ne saurait voir son terme sans un dernier dehanchement sur un mix de Bikutsi ou de Coupe Decale. Dj Willy. DJ resident du Royal Club peut meme vous preparer un mix special (soyez precis dans votre commande a ce dernier, il vous accommodera). Si la (trop grande ?) jeunesse du public du week-end ne vous convient pas comme moi, preferez les jours de la semaine pour vous rendre en boite. Le public y est plus epars mais on s'amuse entre soi et sans chichis. Malheureusement, et ce n'est pas le propre du Royal club mais de toutes les boites africaines, la tendance est au griotisme. Donc attendez vous a entendre tout au long de la nuit le DJ hurler dans le microphone le nom de ceux qui lui auront glisse un billet dans la poche. C'est bien dommage car ca contribue au bruit et non a la musique. Mais apres tout, ne va t'on pas en boite pour le bruit?
Voila, vous avez par le menu mon itineraire favori du moment quand je finis de me prelasser paresseusement aux bords de la piscine.Comme dirait un ami W. "etre en vacances (permanentes dans son cas ;) ) est un art qui ne saurait s'improviser et qui prend du temps". Je completerai en disant que ca prend aussi de l'argent! Pour vous donner une idee du cout de ces petits plaisirs, je dirais seulement que l'oisivete epicurienne est un luxe...donc a bon entendeur !!!

Source: photo personnelle sanaga blog.

10 comments:

Eddy a dit…

tu m'as bien eu avec ton titre, lool. J'avais déjà sorti mon calepin, je croyais que tu nous parlais des points d'accès Wi-Fi à douala.
Je crois que j'ai besoin de vacances.

Hii a dieu, mais lydie, humm. Tu peux connaître la belle vie (et aimer le djindja) hein!

Lydie a dit…

Il paraitrait qu'il y a un hotspot wi-fi a l'hotel Akwa Palace et que ce serait gratuit. Mais c'est du ouie-dire, donc emmene quand memes tes tchan-tchan avec toi!


J'ai trouve un cocktail qui permet de supporter la chaleur accablante de Douala 3/5 de jus de gingembre au citron, 1/5 de jus de goyave, 1/5 d'eau.

Anonyme a dit…

Menyenga we a Lidia man,

le webmaster du portail du Grand Sawa est content de ton Blog.
Comme nous voulong etre une plateforme ouverte, nous te tendons la main pour une liaison Online. Etant basée ua USA, et que Fevrier un le Black History Month, tu pourrais nous donner quelques infos sur ce qui se deroule la-bas.

Please check the site www.peuplesawa.com and contact us at dikobe@yahoo.com.

Nino a dit…

Et dans tout ça, on n'a qu'à une seule photo?
C'est toujours la chicheté là comme ça ? Tu veux garder Douala pour toi toute seule?

Bon, pour la peine, je vasi poster des photos de quelques capitales africaines sous peu (buzz, quand tu nous tiens)

Lydie a dit…

wèèè kè nino, toi aussi regarde sur flickr il y a plus de photos, mais pas de douala en effet. je vais en uploader qques unes là

Eddy a dit…

je te dis nino, yiich quelle chichesse! :)

Au fait, lydie, à propos de douala, tu as terminé le contour du jour qui vient? tu le trouves comment?
Je l'ai terminé la semaine passé. C'est pas bien optimiste hein tout ca! Quand je pense que le tableau du mboassu n'est pas loin dela réalité camer, je suis tout malheureux.
J'ai pas pu m'empecher de sourire à la description de la scène des ... "pompes". Je vois que je suis pas le seul à connaitre et aimer...

Lydie a dit…

Eddy,

le livre est magnifique et la plume de Leonora aussi sûre que prometteuse.

je poste une review dès que je mets la main sur une copie du bouquin. J'ai offert mon exemplaire. Je n'ai pas le souvenir des "pompes", indique moi le numero de la page

Eddy a dit…

C'est vrai que j'ai aprecié le style d'ecriture. Je lui souhaite beaucoup de succès sur sa voie de romancière/ecrivaine.
Bon pour les "pompes" c'est pas bien important. C'était limite de toutes les facons, et interdit aux moins de 18 ans. Comme je ne suis pas sûr qu'il y'en ait pas qui lisent ton blog ... ;)

Bad boy a dit…

La tropicalisation , il n'y aque ça de vrai , mais ce n'est pas donné a tout le monde de la réussir , c'est comme le cocktail au gingembre...il faut les bons ingredients dans les bonnes proportions , timmin' is everything
Soma.....

Bad boy a dit…

Il ne reste plus de trace de la cendre sur tes yeux....juste un lointain souvenir ta voix a ce moment là.....dors dors petite sirène